Compte-rendu de la séance plénière exceptionnelle du CSE du 2 juin 2021

DECONFINEMENT

La direction nous a présenté son plan de reprise progressive du présentiel.

A partir du 5 juillet chacun devra revenir sur site au minimum 2 jours par semaine quelque-soit le temps de travail et ceux qui le souhaitent pourront venir plus, même tous les jours.

Seuls seront dispensées les personnes qui disposent d’un certificat d’isolement, mais il leur faudra le faire renouveler compte-tenu de la progression de la vaccination.

Les mesures de protection continuent (masque, gel) et un marché a été repassé pour l’approvisionnement, mais la jauge dans les salles est adaptée à 4 m2 par personne.

Les cafétérias sont ouvertes en totalité avec la pose de plexiglas sur les tables qui vont permettre aux collègues de déjeuner ensemble.

D’ici le 5 juillet les mesures actuelles (TAD à temps complet avec possibilité de venir 1 jour) continuent.

Mais à partir du 1er septembre : retour obligatoire à temps plein pour tous ceux qui n’ont pas d’accord de TAD.

A ce sujet, une nouvelle campagne TAD va être lancée dans les jours qui viennent pour prendre effet à la rentrée de septembre.

La direction va étendre au maximum le nombre de métiers bénéficiaires (comme ça a été fait pour les centres d’accueil), mais elle ne veut pas assouplir la règle actuelle (2 jours par semaine maximum) avant la future négociation qui pourra augmenter le nombre de jours dès le début 2022.

Comme vous le voyez, attitude très ferme de la direction qui n’a pas voulu entendre nos demandes de plus de progressivité dans la reprise.

Nous avons plaidé :

  • Les conditions d’accueil des enfants dans les centres aérés encore incertaines pour l’été.
  • Les conditions de transport réduites en période estivale
  • Les conditions de restauration encore incertaines
  • L’ignorance dans laquelle nous sommes encore sur la progression de la vaccination

Mais rien n’y a fait, la direction maintient cette obligation, même si la reprise s’annonce difficile pour les quelques 70 % d’agents qui ne sont pas du tout revenu en présentiel depuis plus d’un an.

Seule avancée, le dispositif actuel sur les écoles fermées pour cas contact seront appliquées pour les centres aérés sur présentation d’un justificatif.

N’hésitez pas à vous retourner vers la médecine du travail ou votre médecin traitant en cas de difficulté.

RE OUVERTURE DE L’ACCUEIL TOUT VENANT

Après plusieurs mois d’accueil uniquement sur rendez-vous (physique ou téléphonique), la direction décide de ré ouvrir l’accueil tout venant.

Néanmoins, elle pratique différemment selon les flux estimés de visiteurs :

La Seine-Saint-Denis étant le département le plus chargé, l’accueil tout-venant sera ouvert toute la journée à Saint-Ouen et au Rousseau.

A Paris, Cergy, Guyancourt, où les flux sont moindres nous dit-on, le tout-venant ne sera ouvert qu’en matinée.

Il restera fermé en Seine-et-Marne (Champs, Lieusaint et Dammarie).

Pour limiter la venue des cotisants, un système de QR code va être mis en place pour que les visiteurs qui trouveront porte close puisse prendre un rendez-vous en ligne.

Il est vrai que ces temps derniers de nouvelles habitudes ont été prises et que les rendez-vous se sont généralisés à tous niveaux dans la société, mais peut-on être certains que la ré ouverture des accueils ne va pas générer plus de flux que ceux sur lesquels ces estimations sont basées ?

C’est pourquoi ce projet nous inquiète sur la charge qui va en résulter dans les sites les plus chargés, notamment à Saint-Ouen où les chargés de relation cotisant doivent déjà assurer l’accueil à Nanterre en plus.

Et comment sera aussi assurée la charge du back office ?

Quelle sera la conséquence sur les appels téléphoniques pour les sites ouverts partiellement ou pas du tout ?

Devant toutes ces interrogations, nous avons émis les plus fortes réserves sur ce projet, qui, nous l’avons exprimé, doit s’accompagner d’un renforcement des effectifs.

COMPTE RENDU DE LA CSSCT DU 18 MAI 2021

POINT SUR LES JOURNEES DE PRODUCTION REGIONALE

Ces journées ont pour but de lisser la charge entre directions du recouvrement au sein d’une même ligne de produit (RG ou TNS).

Pour le RG, 2 journées par mois sont organisées avant et après la pointe + 2 journées pour des actions régionales.

Pour les TI, il s’agit de poursuivre la résorption des stocks.

Au-delà de ces explications, que connaissent déjà ceux qui les pratiquent, ce que les agents veulent connaitre, c’est l’impact de ces journées. Combien d’affaires ont réellement été traitées par rapport au total des affaires qui ont été examinées ?

 

LIVRAISON DES NOUVEAUX IMMEUBLES

De nombreux points à revoir sont signalés pour chacun de nos immeubles.

Il parait que c’est habituel pour les constructions neuves.

Les services de l’immobilier suivent les différentes remises en conformité, mais le moins qu’on puisse dire, c’est que ça n’avance pas très vite.

 

CRISE COVID 19

Depuis le mois dernier, 8 nouveaux cas ont été signalés, tous pour des contaminations hors des locaux de l’Urssaf et pour des agents qui, pour certains, n’étaient même pas en présentiel.

Les phénomènes connus le mois dernier, notamment pour les inspecteurs, ne se sont pas reproduits. Toutes ces contaminations concernent des agents de différents sites et de différents métiers.

Pour ce qui est la vaccination, le Service de Santé au Travail a pu en réaliser 47 en 4 séances, mais la 5e a dû être annulée faute de candidats.

La deuxième injection sera en juillet.

Nous n’avons pas encore le bilan de la vaccination des centres ACMS.

Les masques FFP2 peuvent être demandés aux secrétariats de chaque direction pour les personnes des centres d’accueils, les inspecteurs, audienciers et TLM.

 

PROGRAMME DE PREVENTION DES RISQUES

Ce document expose les actions qui sont envisagées pour prévenir les risques auxquels sont exposés les salariés dans nos sites.

La mise à jour qui nous est présentée inclue les actions à mettre en place pour les pandémies (à l’expérience de celles qui sont menées pour le Covid).

Elle crée également un nouveau thème sur la prévention des risques liés au contact avec le public (pour les centres d’accueil, les PFT et PRS et les inspecteurs et audienciers).

Ceci s’ajoute aux thèmes déjà listés :

  • Les actions du Service de Santé au Travail et des pôles ACMS
  • Les actions liées au patrimoine immobilier
  • L’évaluation des risques professionnels
  • Le suivi des signalements
  • Les formations des sauveteurs secouristes.

A cette occasion, la CSSCT a demandé qu’un programme de visite des nouveaux sites soit organisé pour nos nouveaux locaux puisque ça n’a pas pu se faire à l’installation des agents à cause de la situation sanitaire.

 

 

SITE DE GUYANCOURT

La recherche d’un nouveau site se poursuit. Plusieurs propositions sont en cours d’examen.

Pour ce qui est de la configuration du site et de son adaptation au projet d’extension du TAD, un questionnaire va être envoyer pour recenser les attentes des agents sur divers thèmes : moyens de transport, préférences pour le TAD ou autres.

Parallèlement, des visites de locaux d’entreprise ayant une pratique du TAD un peu similaire à celle vers laquelle on se dirige vont être faites.

Va se poser également la question de la cohésion des équipes et du partage des connaissance dans un temps où les relations de travail vont être moins présentes.

Il sera essentiel pour ce dernier point de préserver un espace commun à chaque groupe de travail, de façon que les agents ne soient pas livrés à eux-mêmes lors de leurs jours de présentiel.

Il est également essentiel que le télétravail reste au volontariat et que personne n’y soit contraint sous prétexte que l’Acoss voudra à n’en pas douter nous réduire les surfaces.

Il est enfin essentiel que les personnes qui ne télétravailleraient pas puisse conserver un réel espace de travail.

 

Prochaine réunion de la CSSCT : mardi 15 juin 2021

Compte-rendu de la séance plénière du CSE du 11 mai 2021

DECONFINEMENT

Une séance extra-ordinaire du CSE sera prochainement consacrée aux conditions de ré ouverture.

En attendant, la direction a souhaité recueillir nos attentes sur le sujet.

Difficile de répondre avec précision, dans l’incertitude sur l’évolution des conditions sanitaires, mais nous insistons sur deux points :

  • Bienveillance auprès des collègues, toute mesure de retour sur site devra se faire au volontariat selon ce que préfère chacun.
  • Nous demandons aussi une souplesse compte tenu des incertitudes sur les conditions de restauration.

 

EXTENSION DES HORAIRES DE PRISE DE RENDEZ-VOUS POUR LES CHARGES DE RELATION CLIENTELE

Une expérimentation a été menée sur 5 PRS avec ouverture des plages de rendez-vous en visio ou téléphoniques de 7 H 30 à 8 H 30 ou de 16 H 30 à 17 H 30.

Devant la bonne satisfaction aussi bien pour les agents volontaires que pour les cotisants, la direction propose d’étendre cette mesure à tous les PRS dès le 1er juin.

7 rendez-vous quotidiens (visio ou téléphonique) pourront ainsi être ouverts sur l’ensemble des PRS, ce qui occupera 2 à 3 agents pour toutes les DDR.

Cette mesure a l’avantage pour les agents d’élargir leur plage horaire (plus tôt le matin ou plus tard le soir), ce qui leur permettra une meilleure utilisation des HV et même du TAD, les RV pouvant être assurés à distance (mais pas que).

Mais nous insistons pour un vrai respect du volontariat pour ce dispositif, mais aussi pour l’utilisation ou non de la Webcam. Personne ne doit y être forcé !

Nous demandons également l’assurance qu’en cas d’absence imprévue, la charge des rendez-vous ne vienne pas empêcher d’autres agents non volontaires de prendre leur TAD.

Compte-tenu du bon résultat général de l’expérimentation et de l’insistance avec laquelle la direction a rappelé le principe du volontariat, la CFDT a donné un avis favorable à cette extension.

 

PROPOSITION D’AUGMENTATION DU NOMBRE DE REUNIONS A DISTANCE DU CSE

Une fois la pandémie passée, les réunions du CSE doivent reprendre leur cours normal, à savoir en présence sur site, avec tout de même un changement, le droit du travail permet à l’employeur d’organiser 3 réunions en visio en temps normal.

Compte tenu de la pratique que nous avons depuis un an, la direction nous proposait d’augmenter le nombre de réunions à distance.

Nous y avons vu une occasion d’étendre le principe à toutes les réunions du CSE en les rendant hybrides (certains élus sur site en salle de réunion, d’autres en visio). Les outils fournis par l’Acoss devant à notre sens permettre des réunions de qualité sur ce mode qui aurait le double avantage :

  • de maintenir une présence physique essentielle face à la direction pour une partie de la délégation
  • tout en permettant à certains élus de participer aux réunions depuis leur site, leur favorisant ainsi plus de présence auprès de vous à vos cotés (quand tout le monde aura repris).

Malheureusement les autres organisations syndicales s’y sont opposées, donc retour à la normale après la pandémie : 8 séances en présentiel avec déplacement obligatoire pour tous, et 3 réunions en visio avec aucun élu sur place !

 

POINT SUR LES ECONOMIES A VENIR POUR LA GENERALISATION DU TAD

Dans la perspective d’ouverture d’une nouvelle négociation pour l’extension du TAD qui va s’ouvrir à l’automne, la direction nous a présenté un plan des dépenses et économies envisageable.

Ceci dans le but de nous expliquer que le TAD ne permet pas d’économies puisque les locaux sont toujours chauffés et nettoyés même à effectif réduit, mais qu’il générait au contraire une dépense supplémentaire par le paiement des indemnités.

Nous n’avons pas très bien compris où voulait en venir la direction, mais nous avons une petite idée, surtout que l’on nous parle d’adapter les locaux du futur site des Yvelines à une situation de TAD entendue. Donc moins de surface ? Donc moins cher ?

 

MODALITE DE TRANSMISSION PAR MAIL DES ARRETS MALADIE

L’adresse mail sur laquelle on doit transmettre son arrêts maladie est rappelée : la boite mail UR117 – BP DRH ADP : drh-adp.iledefrance@urssaf.fr

Il est précisé que cette adresse est accessible depuis n’importe quel compte de messagerie. Vous n’avez donc pas besoin de vous connecter à votre PC Urssaf lorsque vous êtes en arrêt.

 

VŒU TRANSMIS PAR LE CA A LA TUTELLE SUR L’ATTIBUTION DE LA PRIME EXCEPTIONNELLE DE POUVOIR D’ACHAT

La direction n’a pas d’info sur une réponse de la tutelle à la demande qui lui a été transmise par le CA en avril.

 

POINT SUR LES EFFECTIFS

La direction a entrepris le rattrapage des embauches en CDI qui n’ont pas été faites pendant la crise sanitaire. Mais elle dit ne pas pouvoir le faire « à marche forcée », il est difficile nous dit-elle de multiplier les sessions de formation en parallèle.

 

GESTION DE LA PRIME D’INTERESSEMENT PAR AMUNDI

Plus de 900 agents n’avaient pas exprimé leur choix entre le paiement ou le placement de la prime. La DRH les relance en plus des relances prévues par le contrat avec Amundi.

Nous soulignons le manque de clarté d’Amundi et la politique commerciale quelque peu agressive de cet organisme (messages nous incitant à placer l’argent plutôt qu’à se le faire payer).

A noter qu’Amundi prélèvera 10 euros de frais de dossiers pour les ex-collègues qui ne sont plus dans les effectifs au moment du versement de la prime. Il parait que c’est légal, mais autant le savoir.

Pour les agents en activité, heureusement c’est l’Urssaf qui paie !

On va dans le mur,

Une nouvelle fois la CFDT tient à tirer la sonnette d’alarme.

En effet, la situation que nous connaissons actuellement ne peut pas perdurer.

S’il est vrai que la situation actuelle est exceptionnelle et inédite, que la branche assurance sociale et recouvrement a su faire face et s’adapter en un temps record face à l’épidémie du COVID-19, s’il est vrai que les personnels ont fait preuve comme toujours d’une conscience professionnelle sans faille, qu’ils ont su également s’adapter au télétravail quasi permanent et inédit pour certains.

Certes, les personnels perçoivent une indemnité de TAD, certes les personnels participant à l’accueil téléphonique des cotisants perçoivent également une indemnité pour cette prise en charge, il n’en demeure pas moins que les tâches à accomplir sont de plus en plus difficiles, complexes et trop nombreuses.

Dans chaque direction régionale, les portefeuilles individuels ou collectifs débordent.

Les gestionnaires dans leur grande majorité ne savent plus où donner de la tête, ni quelle tâche prioriser.

Force est de constater que depuis fin 2020 les pointes DSN et les anomalies qu’elles génèrent prennent de plus en plus de temps et laissent peu de place aux autres activités.

Les TTRI récurrents ne sont que des palliatifs et non des curatifs. Ils ne font que déplacer le problème d’une DR à une autre ou d’une DR à l’ensemble des DR.

Ce n’est pas l’entraide que nous pointons du doigt mais le manque de personnel suffisamment formé pour accomplir les tâches.

A l’heure ou tout un chacun fait le choix de placer ou percevoir l’intéressement 2020 suite aux très bons résultats de la branche, on peut d’ores et déjà imaginer que ceux de 2021 seront fortement dégradés et les indicateurs difficiles à atteindre.

Les personnels sont fatigués par cette crise sanitaire à laquelle personne ne s’attendait, mais également par tous les changements.

De nombreuses fois, il nous a été précisé qu’un gestionnaire reste un gestionnaire ce qui est vrai sur le papier mais techniquement et dans la vraie vie, le constat est qu’il faut des années de pratique pour faire un bon gestionnaire et compte tenu de la complexité de la législation, un bon gestionnaire mono-régime.

Les groupes ne voient plus le jour entre deux pointes et peinent à en venir à bout de ces dernières au détriment de toute autre activité.

Les outils sont en mutation constante et la nouveauté suivante n’attend pas que la digestion de la précédente soit amorcée.

Il nous est souvent opposé qu’il faut prendre le temps de s’approprier ces derniers, sauf que du temps, c’est justement ce qui nous fait défaut.

Le personnel est en réelle souffrance de ne pas pouvoir mener à bien les missions qui lui sont confiées, le confinement est pour tous une organisation de vie pro ou perso subie, la motivation s’essouffle.

Une phrase peu optimiste nous revient de manière récurrente : « on va dans le mur ».

Les arrêts de travail, expression de la somatisation de cette crise sanitaire et des divers problèmes organisationnels rencontrés, sont de plus en plus fréquents.

La CFDT vous demande d’être à l’écoute de ce mal être et de trouver les moyens nécessaires pour embaucher et soulager à long terme les services.

A moyen terme nous réitérons notre demande d’attribution d’une prime exceptionnelle (prime MACRON) pour l’ensemble des salariés.

Montreuil le 06 mai 2021

Compte-rendu de la séance plénière du CSE du 13 avril 2021

TRANSFERT DES SERVEURS BUREAUTIQUES VERS OFFICE 365

A partir de septembre, il ne sera plus possible de déposer des fichiers sur les répertoires partagés (S : ) ; Il faudra utiliser One Drive, Teams et Yammer.

Pour autant ces répertoires ne seront pas supprimés dans l’immédiat. Il sera toujours possible d’y accéder en lecture seule.

Bien que l’utilisation de One Drive soit à privilégier, la possibilité de stocker des fichiers sur nos disques durs (D : ) reste, mais l’Informatique attire l’attention sur la nécessité pour ceux qui les utilisent de faire des sauvegardes.

Pour ce qui est des PC portables, la question se pose de savoir s’il ne faut pas généraliser la procédure de sauvegarde sécurisée actuellement utilisée pour les inspecteurs.

 

POINT SUR LES SECURITES INFORMATIQUES

Suite aux tests effectués par l’Acoss par l’envoi de faux mails frauduleux, une attention particulière est relevée sur le fait de ne pas ouvrir les liens, ni de donner des informations personnelles.

 

POINT SUR WATRH

Pour éviter que des questions restent sans prise en charge, l’indication du site d’appartenance va devenir obligatoire dans WathRh.

Pour ce qui est des heures supplémentaires, il est rappelé qu’elles ne peuvent être payées sur la paie du mois que si elles sont faites avant le 10 du même mois.

L’utilisation de ce logiciel local n’est pas complètement maitrisée par tout le personnel, (informations et formations trop succinctes). Un travail est à faire sur les pratiques et une sensibilisation avec les assistantes de direction

 

POINT SUR LES EFFECTIFS

Le recrutement de gestionnaires a été doublé au 1er trimestre 2021.

Deux nouvelles équipes PRS de 11 et 12 personnes ont été recrutées respectivement sur Dammarie et St Ouen.

 

POINT SUR LE NOMBRE DE COMPTES PAR PORTEFEUILLE

Le dernier rééquilibrage des comptes a été fait avec une pondération des comptes en fonction des affaires gérées.

Selon la nouvelle norme de la direction, 1 compte ETT vaudrait 3,54 comptes RG et un EPI vaudrait 0,51 RG.

Versant TNS, 1 TI artisan/commerçant vaudrait 0,59 PL et un AE vaudrait 0,58 PL.

Pour le RG, le fait le plus notable est un transfert de comptes de Paris RG vers Evry.

Le nombre de compte par ETP varie de 1 655 à Evry, 2 086 à Paris RG, 2 095 à Montreuil, 2 100 à Guyancourt, 2 104 à Champs et 2 105 à Lieusaint, avec une moyenne de 2 024 comptes par ETP pour le RG.

Pour les TNS, le rééquilibrage fait suite au transfert des PAM.

Le nombre de comptes par ETP est beaucoup moins dispersé que pour le RG ; 2 534 à Dammarie, 2 574 à Paris TI, 2 665 à St-Ouen et 2 723 à Cergy.

A noter enfin que pour les Middle Office des PRS, la prise en charge des jeunes entrepreneurs est beaucoup plus pesante pour Cergy (96% du temps) que pour les autres sites (79% en moyenne).

La direction affirme que cette nouvelle pondération ne constitue pas une norme, mais une simple méthode de répartition de la charge.

Restons vigilants ! N’hésitez pas à revenir vers nous si vous rencontrez des pressions.

 

POINT SUR LES LIVRAISONS D’ORDINATEURS

63 % des CDI présents ont un PC portable Urssaf (1 530 agents).

25% ont un autre matériel Urssaf (618 personnes), ce qui porte le total à 89% des agents équipés pour le TAD.

136 personnes travaillent encore en TAD sur leur matériel personnel (6% de l’effectif).

141 personnes ne font pas de TAD (6%).

La direction rappelle qu’il reste des PC fixes disponibles pour ceux qui le souhaiteraient (ou le pourraient).

L’Acoss envisage d’équiper 100% des agents avec un PC portable d’ici 2022 (dont 80% en 2021).

Une première livraison de 500 PC est attendue prochainement.

Il restera à compléter cette dotation de sacoches ou de valisettes pour se déplacer entre son site et son lieu de télétravail.

  • N’hésitez pas à demander les sacoches à votre secrétariat de direction.

 

INTERESSEMENT

La direction a confié la gestion du versement de l’intéressement à AMUNDI qui a envoyé un courrier à tous les agents qui n’ont pas créé un espace.

  • N’hésitez pas à revenir vers nous si vous rencontrez des problèmes suite à cette nouvelle sous-traitance de gestion

COMPTE RENDU DE LA CSSCT DU 15 avril 2021

POINT SUR LA TELEPHONIE

Officiellement, la direction dit que le paramétrage de la téléphonie est identique que ce soit aux PFT, aux PRS ou pour l’entraide des gestionnaires en DDR.

Or, le temps inter-appel a été réduit à 19 secondes à la PFT depuis 2016, mais il était maintenu à 30 secondes au Middle-Office jusqu’à 2020. La direction ne s’explique pas ces différences.

Pas plus qu’elle ne s’explique comment il se fait que quand un agent a programmé une pause, le logiciel le rebascule automatiquement en « prêt » au bout de 19 secondes.

Une étude sur place sera faite pour observer ce qui peut causer cette anomalie.

Pour ce qui est du Middle-Office, la direction précise la règle qui peut-être a été mal comprise. Les agents – en temps normal – font 1 H 30 de logage par jour, mais ils peuvent être mobilisés 1 jour sur 5 en moyenne, pour des temps pouvant aller jusqu’à la journée complète. Ce qui représente à peu près 4 fois en un mois.

Au premier trimestre, le temps journalier d’1 H 30 a été effectivement réalisé, et il y a eu 7 journées avec mobilisation supplémentaire (de 2 H 30 à 4 heures) pour le RG et 11 fois pour les TI (de 2 H à 5 H 30 dans la journée).

 

BILAN DES AT ET MALADIES PROFESSIONNELLES

Le nombre et la durée des AT a baissé en 2020, effet du confinement.

La cause la plus répandue est la chute et le site le plus touché est logiquement le Marceau, celui-ci étant le plus occupé avec les Fend.

Les autres AT sont répartis sur tous les sites, plus 2 ayant affectés des inspecteurs dans le cadre de leurs missions.

Il n’y a pas eu d’AT déclarés pour des agents en TAD. Rappelons que c’est le fait qu’un événement se produise pendant le temps de travail qui fait que c’est un AT et non pas le lieu où il se produit (sur site, à domicile, dans les locaux d’une entreprise contrôlée, dans un tribunal, …).

En marge de ce bilan, Mme Zagar évoque les pathologies liées au TAD (mal de dos, mal aux yeux, …).

Elle précise que le service médical pourra donner des conseils d’ergonomie si on lui communique des photos de son installation à domicile (les personnes handicapées elles sont prises en charge systématiquement).

=> Un contrat a été passé et des séances de yoga, yoga des yeux et posturologie, seront diffusées 3 fois par semaines aux heures de déjeuner (sur temps de repas). Il n’y aura par contre pas de possibilité de replay pour des raisons de droits de diffusion avec le prestataire.

 

CRISE COVID 19

On constate un doublement des contaminations en mars (24 cas) par rapport à janvier / février (13 et 12 cas).

Tous les sites sont touchés, mais plus fortement l’Est Parisien.

Aucun cas de contamination sur site n’a été constaté, il s’agit de contaminations dans le cercle familial pour l’essentiel, mais Mme Zagar signale un nombre important d’inspecteurs touchés (34 % des cas), dont 6 LCTI. C’est à mettre en relation avec la reprise des opérations de contrôle et particulièrement des opérations combinées de LCTI.

A ce sujet, des masques FFP2 vont être proposés aux itinérants.

La vaccination a démarré la semaine dernière (12 doses administrées) et se poursuit avec le double de doses dès cette semaine. On n’a pas encore de retours de l’ACMS pour les autres sites.

 

PLAN D’ACTION SECURITE

Pour répondre aux incidents qui se produisent dans les centres d’accueil et PRS, mais qui peuvent se produire dans tous nos sites, la direction va mettre en place un plan d’action en plusieurs axes.

  • Faire évoluer les exercices à d’autres risques que l’incendie, comme l’intrusion
  • Renforcer le dispositif de signalement des incivilités
  • Former les collègues à la protection de son identité numérique
  • Décliner le PCA (Plan de Continuation de l’Activité) vers des PCA par site
  • Mener une réflexion sur l’identification du personnel face au cotisant.

 

SITE DE GUYANCOURT

La recherche d’un nouveau site avance, 8 candidatures vont être examinées pour une décision d’ici septembre / octobre.

Le groupe de travail qui va définir les besoins immobiliers dans la perspective d’une extension du TAD et des nouvelles formes de travail s’inscrira dans un cadre donné par l’Acoss.

Ainsi, la tutelle va évoluer d’une notion de m2 par agent à celle de m2 par poste de travail.

Le travail du groupe sera de définir combien d’agents utiliseront un poste de travail (ça va de 0,7 selon la définition de l’Acoss à 0,9 comme actuellement en passant par une cible médiane à 0,8.

Ces indices veulent dire qu’actuellement 90 % des agents ont un poste de travail (les 10 % restant sont des inspecteurs), et que cette norme sera réduite par réduction du nombre de bureaux individuels et même des bureaux partagés et augmentation des plateaux de travail ouverts.

L’équipement informatique, généralisation des PC portable et dotation en double écrans à domicile, restera à la main de l’Acoss.

Dans le cadre de la nouvelle négociation sur le télétravail qui sera lancée à la rentrée de septembre, nous aurons à rester vigilants sur les conséquences de ce qui apparait déjà comme un cadre rigide imposé par l’Acoss :

  • Pas de télétravail imposé, les agents qui ne feront pas de TAD devront pouvoir conserver un bureau personnel.
  • Equipement en véritables double-écrans aussi bien à domicile que sur site.
  • Véritable prise en charge matérielle du poste de travail à domicile (siège ergonomique)
  • L’extension de la possibilité de TAD jusqu’à 3 jours par semaines ne doit pas se payer au prix d’une détérioration des conditions de travail aussi bien à domicile que sur site.

=> CFDT : Rappelons que nous sommes opposés aux Open Space et plus encore à leur extension, même si elle se cache sous l’intitulé de « plateau de travail ouvert ».

Commission de suivi du protocole d’accompagnement de l’Urssaf 2020

Ainsi que prévu au protocole sur l’Urssaf 2020, cette commission semestrielle s’est réunie le 1er avril pour étudier le niveau des mesures d’accompagnement du projet.

Au total 144 salariés ont bénéficié d’une mesure financière depuis la dernière commission en novembre.

  • Près d’une centaine d’agents ont continué à percevoir la prise en charge de leur Pass Navigo jusqu’à fin 2020. Une soixante continuent à en bénéficier en janvier et février. Cela porte le total à 139 agents.
  • 5 salariés ont continué à percevoir des IK en octobre / novembre pour un montant moyen de 407 euros, sachant que la période de confinement a été neutralisée.
  • Les dernières primes de mobilité ont été payées en février.
  • Les personnes qui ont déménagé plusieurs fois (en zone tampon) ont pu toucher la mesure dès leur premier déménagement. 15 personnes sont dans ce cas.
  • 169 points de pas de compétence ont été attribués en 2020 et 61 depuis le début 2021 pour les personnes dont le changement de régime à été validé.
  • L’accompagnement logement par contre ne s’améliore pas. La nouvelle plate-forme AL’in d’Action logement ne fonctionne toujours pas parfaitement.

Nous renouvelons notre alerte à la direction sur le problème récurent d’accès au logement pour nombre de nos collègues.

  • 7 salariés ont pu avoir une majoration de leur prime de crèche et 20 ont pu avoir un berceau.
  • Les visites d’intégration aux nouveaux sites ont pu se faire à Lieusaint et Champs. Pour Paris et Cergy ces visites ont été virtuelles car l’installation s’est faite pendant le second confinement.
  • 4 gestionnaires proches du départ à la retraite ont pu rester sur leur site sans changer de régime.
  • 23 salariés auraient pu obtenir un 3e jour de TAD, mais seuls 15 en ont fait la demande.
  • 9 salariés n’ayant pu obtenir satisfaction de la contestation de leur affectation sont toujours inscrits sur la base de mobilité dans l’attente d’une place disponible.
  • 31 salariés ont été accompagnés par l’Urssaf pour leur demande de mobilité en Province, 10 ont reçu des propositions et 9 les ont accepté. Rappelons qu’au final la mutation reste au bon vouloir de l’organisme de destination.
  • 4 demandes de congé sabbatique et 27 congés de fin de carrière on été acceptées.

Les neutralisations dues aux confinements, ou les retards dans l’installation des nouveaux sites n’ont pas eu d’effet sur la durée des mesures qui sont valables 12 mois, la durée de l’accord courant jusqu’à fin 2022 permet d’absorber les décalages qu’on a connu.

 

 

Nous rappelons que la section CFDT de l’Urssaf IDF a suivi les salariés dans la transition Urssaf 2020 et obtenu ces indemnités qui vont au-delà de la Convention Collective.

Rappelons aussi que ces mesures sont financées avec une enveloppe particulière et sont versées sans prendre sur l’enveloppe des pas de compétence et des changements de niveaux.

COMPTE RENDU DE LA CSSCT DU 25 Mars 2021

LEVEE DES RESERVES DES NOUVEAUX BATIMENTS

La direction nous présente point par point l’état d’avancement de la remise en conformité des diverses malfaçons sur les sites livrés.

A notre question sur l’impact sur le budget, elle répond qu’il n’y aura pas de coût supplémentaire car tous les signalements ont été fait dans les délais prévus par la garantie de parfait achèvement.

A notre remarque sur le nombre élevé de signalements, notamment pour les installations électriques, la direction répond qu’en effet il y en a beaucoup, mais que ce n’est pas inhabituel si on regarde ce qui se passe d’une façon générale dans l’immobilier.

 

CRISE COVID 19

La vaccination va pouvoir démarrer aussi bien auprès de l’ACMS que du Service de Santé au Travail du Lagny.

Il conviendra selon votre site de prendre contact directement auprès de la médecine du travail dont vous dépendez.

Seuls ne peuvent y avoir accès pour le moment que les personnes de plus de 55 ans prioritaires car les pharmacies ne peuvent délivrer aux médecins du travail que l’Astra Zenica actuellement.

Mme Zagar précise que selon le calendrier, si la date du rappel tombe pendant l’été, il sera possible de la faire sur votre lieu de vacance, du moment que c’est toujours avec l’Astra Zenica.

Nous avons interrogé la direction sur le respect du secret médical pour cette opération. Si vous obtenez un rendez-vous, vous devrez en prévenir votre hiérarchie mais sans avoir à indiquer d’autre motif que « visite à la médecine du travail ». Il n’est pas nécessaire non plus de demander une attestation de déplacement à l’employeur, car vous pourrez, si besoin, en signer une vous-même au motif « Consultations et soins » à l’appui de votre convocation.

Pour ce qui est de l’état de santé des collègues, Mme Zagar informe d’une augmentation significative du nombre de cas :

  • 13 en janvier
  • 12 en février
  • Déjà 17 en mars, plus 11 en attente de diagnostic.

Sur un total de 94 signalements depuis le début 2021

Toutes les contaminations sont familiales.

Mme Zagar rappelle l’importance des gestes barrières, surtout dans les réfectoires.

 

POLE TGE DE PARIS

Les entretiens menés par la médecine du travail sur ce pôle confirment la gravité de la situation.

Avec le départ de la plupart des experts de cette gestion (en retraite ou vers d’autres sites Urssaf 2020), l’équipe restant ne parvient pas à assurer la charge de travail. La moitié de l’équipe est ou doit encore être remplacée.

Les manageurs, eux-mêmes débordés et devant en plus assumer la charge des agents absents, ne peuvent pas se rendre assez disponibles pour les agents, dont nombre d’entre eux sont en formation ou récemment nommés.

Sans oublier la charge que représente pour tout le monde la formation des nouveaux.

Comme si ça ne suffisait pas, les agents souffrent en plus de ce qu’on peut appeler un « déni de TGE », c’est-à-dire que la réalité de la gestion des TGE et les différences avec le RG ne sont pas reconnus.

Les effectifs :

  • Il y a actuellement 30 personnes aux TGE de Paris :
  • 6 viennent du pôle TGE de Nanterre
  • 14 étaient déjà au pôle TGE de Paris Nord
  • 6 viennent du RG (3 de Nanterre et 3 de Paris)
  • 4 Oméga sont sortis de formation en décembre.

A cela vont s’ajouter une nouvelle promotion de 5 Oméga lancée en mars, ce qui portera le nombre à 35 pour Paris + 5 agents du pôle TGE de Lieusaint.

Il est bon de porter le niveau des effectifs même au-delà de ce qu’il était avant Urssaf 2020 (30 sur les trois pôles), mais il est avant tout indispensable de réévaluer le nombre d’affaires par rapport au nombre de personnes.

 

PRS

Un point complet sera fait à la prochaine CSSCT. Bien des choses, à commencer par la réduction du temps de pose entre deux appels en logage, sont difficilement supportées par les agents.

En attendant, la direction confirme que les règles de l’accueil téléphonique sont les mêmes pour la PFT que pour les autres personnes en charge.

 

SECURITE DES COLLABORATEURS EN LIEN AVEC LE PUBLIC

Une réflexion va être menée sur le sujet, en lien avec l’Acoss pour voir ce qui se fait dans les autres Urssaf.

Un projet sera présenté à la prochaine CSSCT.

 

SITE DE GUYANCOURT

Les prétentions du bailleur pour le renouvellement ayant été refusées par le Conseil d’Administration, l’Urssaf recherche un nouveau site.

A cette occasion, un groupe de travail va se mettre en place pour définir quels sont les besoins dans la perspective d’une extension du TAD et des nouvelles formes de travail qui se dessinent pour l’après-crise sanitaire.

A ce propos, on précise qu’une nouvelle négociation sur le télétravail sera lancée à la rentrée de septembre, l’accord actuel venant à échéance au 31 décembre.

 

Prochaine réunion de la CSSCT : jeudi 15 avril 2021

Compte-rendu de la séance plénière du CSE du 16 mars 2021

GESTION DE L’INTERESSEMENT ET DU PERCO

La direction a décidé de sous-traiter à Amundi la gestion de l’intéressement et de la passerelle vers le PERCO et les CET.

Amundi est l’organisme qui travaille déjà avec l’Ucanss sur ces gestions.

Même si ça ne mobilisait que peu d’ETP à l’Urssaf, ça s’ajoute à tous les transferts de charges vers des prestataires (paie, tickets restau, intéressement maintenant) et aux réductions d’effectifs qui en découlent.

Nous protestons auprès de la direction sur cette pratique et demandons le maintien des effectifs.

EXECUTION DU BUDGET 2020

Les crédits destinés à financer la masse salariale n’ont pas été donnés par l’Acoss au prétexte que la totalité des embauches prévues ne s’est pas faite à cause de la crise sanitaire.

Les économies Covid se chiffrent à 1 772 000 euros alors que les dépenses Covid se sont montées 0 3 277 000 euros.

A l’unanimité les organisations syndicales demandent à la direction le versement d’une prime de 1 000 euros pour tous les agents suite à l’annonce gouvernementale.

NOUVELLE ORGANISATION DU 11 11

Depuis le mois dernier, le projet de la direction a avancé.

Un serveur vocal filtrera les appels pour ne retenir que 3 situations urgentes.

  • les agents qui ne peuvent se connecter
  • les chargés d’appel cotisant qui ne peuvent prendre un appel
  • les problèmes de transferts de fichiers bancaires.

Toutes les autres demandes devront passer par Tandem.

Les IL se relaieront sur la hot line à raison de 3 le matin à partir de 7 heures et 1 le soir jusqu’à 19 heures.

Les Tandems seront pris en charge par l’ensemble des IL de façon mutualisée.

Les correspondants bureautiques seront associés également.

A noter que pour autant qu’on ait pu tous s’en apercevoir, c’est déjà ce que font les correspondants bureautiques.

Cette réforme est motivée par le trop grand nombre d’appels qui arrivent au 11 11 depuis le début de la crise.

A l’unanimité les organisations syndicales rejettent cette ré organisation et demandent des embauches pour le secteur de la hot-line.

OPERATION DE TEST SUR LA SECURITE INFORMATIQUE

L’Acoss a lancé une opération de test envoyant de faux mails frauduleux.

Les résultats de l’Urssaf IDF ne sont pas fameux : 1 agent sur 3 a cliqué sur le lien et il y a même un nombre notable de personnes qui ont envoyé des informations personnelles en réponse.

D’autres campagnes seront faites.

EXPERIMENTATION CONCERNANT LE RECRUTEMENT

Des personnes du métier pourront être associées au volontariat aux recrutements en plus de la DRH et des responsables du secteur.

La première expérimentation ne porte que sur l’examen des dossiers de candidature.

Il ne s’agit par contre pas de participer aux entretiens, pour ne pas leur faire porter la charge mentale de la responsabilité d’une embauche qui se révèlerait plus tard pas satisfaisante.

Si cet appel à volontariat peut apporter un intérêt pour les personnes qui le souhaitent, et à condition de rester au volontariat, ce serait surtout un accroissement de compétences qui doit à notre sens être accompagné d’une mesure salariale.

Nous souhaitons aussi avoir l’assurance qu’aucun reproche ne sera fait à quiconque, quelque soit l’issue du recrutement.

 

PROJET DE CREATION D’UNE CELLULE REGIONALE DE PRISE EN CHARGE DES ANOMALIES DE REPARTITION

Le projet est présenté par Axelle Patry.

Une étude a été menée en fin d’année 2020 après des référents par Brigitte Le Limantour à  la requête de Mr Malric.

En effet, les stocks des anomalies de répartition font maintenant partie du CPG et des indicateurs et nos résultats ne sont pas bons. (0,01% attendus – 0,015% pour 2019 – 0,029% pour 2020)

  • 37 référents ont été recensés sur l’URSSAF IDF
  • 20 travailleront pour cette cellule à raison de 2 jours /semaine le jeudi et le vendredi, à l’exception de Paris RG où la personne y consacre déjà sa semaine complète.

L’expérience débutera au 01/04/2021, les élus sont en cours de notification, une lettre de mission leur sera remise

Pour ceux ayant un portefeuille individuel, ce dernier sera allégé.

Un TEAMS dédié sera créé pour échanger sur les pratiques, obtenir de l’aide et stocker de l’information.

Une DR pilote sera désignée pour suivre et orchestrer le travail du groupe.

Des réunions d’échanges entres les référents, la DR pilote et les EQR (experts qualité répartition) seront organisées.

Nous avons fait état de la pyramide des âges et de la nécessité d’anticiper la fuite des savoirs et compétences.

Nous avons également rappelé que cette organisation existait par le passé dans certaines DDR et que cela fonctionnait très bien car c’est un métier à part entière.

La volonté exprimée de l’ensemble des référents est de ne pas avoir cette activité unique, c’est pourquoi cette organisation a été choisie et non celle qui consisterait à mobiliser moins de personnes sur la semaine complète.

Un point sera fait au bout de 6 mois.

CARTE UP

La direction confirme que l’information donnée par Up est erronée : les soldes 2020 sont bien reportés jusqu’au 28 février 2022.

 

COMPTE RENDU DE LA CSSCT DU 11 FEVRIER 2021

DUERP (Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels)

Afin de prévenir les risques professionnels, des visites de tous les sites et des entretiens avec les agents ont été prévus avec un prestataire. Les visites ont déjà eu lieu pour les sites de Lieusaint et Dammarie les Lys.

Les prochains entretiens collectifs concernent le site de Champs sur Marne.

C’est une occasion de donner votre avis sur les risques liés à votre métier et environnement de travail

=> N’hésitez pas à vous inscrire

 

CRISE COVID 19

Mme Zagar constate une résistance des gens à faire des tests lorsqu’il y a des cas contacts dans la famille. Elle rappelle qu’il est nécessaire d’isoler la personne positive au Covid 19, même au sein du domicile.

Il convient de se faire tester à l’issue de la période de sept jours, afin d’éviter toutes nouvelles contaminations.

 

RETOUR SUR SITE

Les salariés travaillant sur site, doivent se rapprocher de leur secrétariat de direction afin d’obtenir un kit de masques, gel et lingettes.

 

SECURITE DES SALARIES

Suite aux évènements de l’actualité, la direction fera appel à un cabinet extérieur afin de fiabiliser les mesures de sécurité existantes dans notre organisme.

Suite à des propos agressifs ou insultants de cotisant, la direction adresse une lettre avant un dépôt de plainte si récidive.

Mme Zagar rappelle qu’il est nécessaire de signaler tous problèmes (courrier, téléphone, visio…etc ) constatés dans le registre des incidents auprès de votre secrétariat de direction.

En effet, ils pourraient faire l’objet d’un signalement dans le dossier du cotisant et d’une déclaration d’accident de travail si nécessaire.

=> Le salarié peut aussi faire appel à la cellule écoute ou au service médical.

 

CENTRE D’ACCUEIL

La direction assure qu’un agent de sécurité est présent à chaque point accueil.

Il a pour mission :

  • De protéger les salariés du centre en cas d’incidents avec un cotisant
  • D’assurer la prise en compte des gestes barrières
  • De vérifier les issues et les fermetures
  • De fouiller les sacs des cotisants si nécessaire dans les locaux de l’Urssaf.

 

RAPPORT CEDAET (expertise sur les conséquences d’Urssaf 2020)

Les travaux des groupes de travail débuteront en mars avec une périodicité mensuelle ou trimestrielle. Les groupes se réuniront autour des thèmes suivants :

  • Prévenir les risques liés à l’intensification et la complexification du travail
  • Adapter et faire progresser les compétences

=> N’hésitez pas à vous inscrire pour vous exprimer en totale liberté